Le Pavillon de réorganisation des sens

Pavillon of reorganisation...

Installation performative 

2003


pg_41231365630957.jpg

pg_41011365622882.jpg

 

pg_40971365622711.jpg

pg_40981365622740.jpg


pg_41221365630906.jpg

 

pg_41021365623221.jpg

pg_41001365622853.jpg

Il s’agit d’un espace hybride, conçu à la fois pour évoquer un monument publique, un bassin, une arène, une unité cellulaire, et une chambre de miroirs (référence à la tradition des jeux catoptriques). Paradoxalement, s’y mêlent promiscuité et liberté, détention et possibilité d’un évanouissement du corps. Le pavillon de réorganisation des sens propose – pour la durée de l’expérience – de réorganiser ses sens. Cette réorganisation est envisagée par des moyens simples, c’est-à-dire sans manipulations sur le corps (qu’il s’agisse de manipulation chirurgicale, pharmacologique, prothétique ou génétique) : une sorte d’immersion virtuelle sans technologie élaborée, où corps et territoire, jeu et fiction sont mêlés, ouverts l’un à l’autre.

 

Le pavillon peut aussi être lu comme une métaphore de la personne et de son psychisme. Le design extérieur du pavillon, d’aspect moderniste et institutionnel, est une enveloppe, une coquille : comme une métaphore de la personne, du sujet appréhendé par l’autre, de l’extérieur.  Le jeu de miroirs et les cellules-couleurs de l’intérieur du pavillon, par contre, simulent le territoire composite du psychisme : une représentation des diverses instances et divers mécanismes de projection vers l’extérieur, par l’imaginaire. 

 

-

 

Le pavillon de réorganisation des sens explores more specifically our tendency to replace with illusions what we perceive as being reality, as well as replacing ideas and ideals with images. Indeed, whether it is a matter of mediatisation, the society of spectacle or the era of æsthetics, it is more and more obvious that we live in and through the illusions we create. Therefore it is a hybrid, paradoxical space where the lack of privacy intermingles with freedom, detention and utopia. This pavillion offers the possibility–for the duration of the experience–of reorganizing our senses. This is achieved through simple means, without manipulations on the body (chirurgical, pharmacological, prosthetic or genetic): it is a form of virtual immersion without complex technology, in which body and territory, play and fiction are intertwined, open to one another.